LETTRES ANGEVINES

par Yvon JOSEPH-HENRI

 

SUJETS DU BACCALAUREAT DE LETTRES

CORRECTION DES SUJETS

 

La Chute

Interprétations du titre
L'évocation de la ville dans la Chute

Gogol

La structuration d'un délire

[sujets TL]

[Index]


RENOIR

LA REGLE DU JEU

Il est évident que le sujet que vous avez pose le problème du rapport de La Règle du Jeu avec la vie à l'époque de Renoir. Que ce passe-t-il alors ? Manifestement la guerre et la montée du totalitarisme en Europe. Pourtant le film de Renoir semble évoquer plutôt les affres d'une société inconsciente :

- à la fois par l'aviation et l'exploit d'André Jurieu

- à la fois par la radio et le phénomène qu'elle constitue, ainsi que la notion de reportage.

- à la fois par l'évocatin d'une société archaïque fondée sur ses privilèges , fermée sur elle-même et semblant se complaire à jouer de sentiments superficiels, qu'ils s'agissent des maîtres ou des valets.

on pourrait d'ailleurs s'interroger sur la construction du film : mouvement rapide , alternance des scènes du début entre le bourget et l'appartement de Christine, mouvement ample de la caméra pour peindre l'intérieur luxueux...jeu libertin d'Octave avec Lisette...tout semble signifier le factice d'une société hors du contexte politique.

 

Et pourtant .....

Est-ce que tout ceci ne signifie pas justement un acte d'accusation à l'encontre des contemporains de Renoir ?

Ce clinquant ne signifie-t-il pas justement qu'en s'éloignant délibérément de la réalité du monde, Renoir entend dénoncer l'insouciance de ses contemporains ?

Par ailleurs, cette opposition entre le modernisme du monde (aviation, radio qui symbolisent bien le monde en ébullition -Hitler utilisera la propagande radio et l'aviation pour imposer son ordre-) et le décalage manifeste de la vie de Christine (intérieur, luxe ), les préoccupations de Robert (tourné vers le passé avec les automates qu'il restaure, le caractère manifestement artificiel et stérotypé de sa relation avec Geneviève..) le monde de Geneviève et de ses amis...


GOGOL

NOUVELLES DE PETERSBOURG

 

"Ecrire,c'est toujours structurer un délire.Un délire est un discours logique dont la première prémisse est fausse."Commenter ce point de vue d'A.LOBO ANTUNES en vous appuyant sur les Nouvelles de Petersbourg.